• Faire un pas : 1ere partie

    Hey !

    Je vous avais promis une fiction. Donc voici Faire un pas, celle pour laquelle vous avez voté !

    Quelques infos :

    - il y a des scènes qui peuvent choquer certaines personnes

    - tout commentaire insultant ou LGBTphobe sera supprimé. Ces personnages représentent des personnes qui existent - sans représenter une ou plusieurs personnes en particulier.

    Par contre, n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires !

    - aucun plagiat ne sera toléré : Faire un pas sera publiée dans un livre (car écrite pour un concours de nouvelles municipal) et donc tout plagiat pourra être prouvé. De plus, ma nouvelle est protégée par des droits de propriété intellectuelle. Donc merci de respecter mon travail.

     

    Je vous laisse avec la première partie de ma fiction ! N'hésitez pas à commenter !

    La prochaine partie sortira la semaine prochaine soit le 1er avril à 16h, et non, ce n'est pas une blague ^^ !

     

     J'ai vérifié encore une fois le sac à dos, je crois n'avoir rien oublié. Avec mes grosses chaussures aux pieds, achetées neuves pour l'occasion, je suis prêt à partir. Il est 6 heures et il fait un peu froid, un peu plus loin sur le sentier j'ai rendez-vous avec les copains. Nous devrions arriver au refuge pour le repas du soir. La famille de Martin nous y attend. Nous dormirons là-bas et nous y passerons deux jours. C’est ce qu’ils appellent un week-end de folie… J’appelle ça un week-end de torture.

     

    Les gars et moi n’avons plus la même vision du monde depuis qu’Axel a intégré la bande de copains. Il ne m’accepte pas tel que je suis, ne tolère pas ma présence, il faut que Martin intercède en ma faveur.

     

    Je n’ai pas envie de grimper, aujourd’hui, comme toujours. Depuis que j’ai neuf ans, je n’aime plus marcher ou faire du sport, ça me fait sentir mes seins compressés dans la brassière de sport que je mets pour ne pas dévoiler la poitrine dont j’ai si honte. Je n’ai jamais aimé faire du sport parce que mon corps me rappelle constamment que je suis selon la loi une femme. Au lycée, je veux aller dans le vestiaire des garçons, mais le prof m’en refuse toujours l’accès, alors je dois aller dans les toilettes pour me changer, je ne veux pas voir des filles à moitié nues, leur corps reflète tout ce que je renie.

     

    Mais aujourd’hui, je dois y aller. Seuls les garçons sont invités par Martin. Si je ne vais pas avec eux, ils me considèreront comme une fille.

     

    J’embrasse ma sœur avant de partir. Je tiens énormément à elle, et c’est elle qui m’empêche de me jeter du haut du toit du lycée tous les jours. Donne-moi la force de résister aux brimades, Pauline, songé-je.

     

    Martin est le premier à m’apercevoir. Il crie :

     

    – Léo !

     

    Il ne m’appelle pas par le prénom que j’ai choisi, mais par mon surnom. Au moins, ça fait plus garçon que Léonie qu’utilisent tous les autres. Le mépris de mon identité, et le plaisir que prend Axel à prononcer ce prénom féminin lettre par lettre me blessent, mais je ne le montre pas. Ce serait lui faire trop d’honneur.

     

    – On y va ? demandé-je en m’efforçant que ma voix ressemble à la leur.

     

    Après un éclat de rire général, Martin daigne m’expliquer qu’on attend Bastien pour partir. Je ne le connais pas mais je m’attends au pire car Axel a l’air de l’apprécier. Nous n’attendons pas très longtemps avant qu’il arrive. Il salue ses amis par une poignée de main et s’apprête à me faire la bise quand je lui tends la main. Il me demande mon prénom, je me dépêche de répondre avant qu’Axel le fasse à ma place :

     

    – Samuel. Je m’appelle Samuel.

     

    – Samuel ? s’interroge-t-il.

     

    – Oui, ai-je le courage d’affirmer.

     

    Il ne fait pas de commentaires. Damien lui chuchote quelque chose à l’oreille, et il rougit. Pourtant, le nouveau venu ne se moque pas de moi. Peut-être comprend-il… Une petite voix me murmure que je me fais des films, et je la crois.

     

    Nous nous mettons en route. Je jette un coup d’œil à ma montre, cet objet du quotidien qui m’est si cher, il est six heures trente.

     

    J’ai l’impression que Bastien cherche à me connaître : il me questionne beaucoup, sur mes goûts, ma famille. J’en profite pour le regarder de plus près : grands pieds, au moins du 44 – tandis que j’atteins à peine le 40 –, jambes musclées que moule son pantalon, il garde ses mains dans ses poches, sans doute pour avoir moins froid, taille fine, minceur, absence de poitrine qui se voie – en même temps, c’est normal : c’est un « vrai garçon ». À présent, j’observe son visage : assez enfantin, rond, des petites fossettes quand il sourit, ses yeux sont d’un bleu océan, et ses cheveux bruns se baladent dans le vent.

     

    Je manque de tomber dans le vide. Il me rattrape de justesse. Ses mains sont chaudes. Ce qui m’étonne, c’est qu’il ne porte pas de gants, contrairement à tous les autres.

     

    – Tu es fatigué, me dit-il. Assieds-toi.

     

    Je m’assieds sur un tronc d’arbre. Je regarde l’heure : déjà plus d’une heure que nous marchons. Je mange une barre de céréales et bois une gorgée d’eau. Martin revient sur ses pas pour me dire qu’on s’arrête juste cinq minutes et qu’on ne s’arrêtera pas avant onze heures pour manger.

     

    – Léo, tu es sûre de vouloir venir avec nous ? Si tu veux, je te raccompagne chez toi…

     

    Non. Axel jubilerait. Il dirait alors que je suis faible parce que mon physique est celui d’une fille. Je suis un garçon. Je suis fort. Je suis résistant. Je suis courageux, comme les héros des contes de fées. Je vais plus loin que mes limites. Mon mental est plus fort que les diktats de mon corps. Je suis là pour me dépasser, pour leur prouver que je suis un garçon, pas parce que j’aime ça.

     

    J’ai lu Terre des Hommes d’Antoine de Saint-Exupéry l’année dernière, et cette phrase m’a marqué : Ce qui sauve, c’est de faire un pas.

     

    Un pas après l’autre, je vais y arriver, je vais gravir cette montagne.

     

    Un pas après l’autre, je vais leur prouver que je suis un garçon.

     

    Un pas après l’autre, ils vont devoir l’accepter.

     

    À la semaine prochaine !

    Sasha

    « RenouveauFaire un pas : 2e partie »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 25 Mars à 17:48

    Oh j'aime beaucoup ! J'ai hâte de voir la suite ^-^

      • Dimanche 25 Mars à 21:38

        Merci !

      • Dimanche 25 Mars à 21:57

        De rien ^-^

    2
    Dimanche 25 Mars à 18:33

    J'aime beaucoup c'est original et bien écrit, sans fautes d'orthographes ! :) Je m'intéresse beaucoup à toutes sortes d'histoires LGBT+ donc je sens que celle-ci va me plaire ;) J'aime aussi le fait que tu aies mis une citation ça donne un côté encore plus authentique à l'histoire, je ne sais pas trop comment l'expliquer, en tout cas j'ai hâte de lire la suite de l'histoire !

    3
    Dimanche 25 Mars à 21:08

    Bon, je vais essayer de faire constructif et concis. Le deuxième point étant plus compliqué. Garde à l'esprit que ce que je vais te lister est une piste de développement/amélioration que tu n'es en aucun cas obligée d'appliquer.

    Je ne sais d'ailleurs même pas si ce sera utile, mais bon : soyons fous !

    1. "J'ai vérifié encore une fois le sac à dos, je crois n'avoir rien oublié." -> c'est étrange comme tournure. Plus simple, ç'aurait été "j'ai déjà vérifié", ou "je vérifie encore une fois", mais l'entre-deux est perturbant. ("le" peut-être transmuté en "mon", tu ne crois pas ?)
    2. "il fait un peu froid, un peu plus loin sur le sentier" -> ouh la vilaine répétition...
    3. "la bande de copains" -> pourquoi tu ne mets jamais de possessif ? Parce que c'est bien"son" groupe à l'origine, non ?
    4. "Au moins, ça fait plus garçon que Léonie qu’utilisent tous les autres." -> c'est pas beau (d'un point de vue totalement subjectif). En vrai, ce "que" est extrêmement mal placé, je suis sûre que tu peux faire mieux ;)
    5. "demandé-je en m’efforçant que ma voix ressemble à la leur." -> d'accord, en fait c'est un tic d'écriture, ce "que" récurrent... "en forçant sur ma voix pour la faire tomber quelques tons plus bas" ? (ou un truc du genre)
    6. "taille fine, minceur, absence de poitrine qui se voie" -> ça pêche sur ce passage : taille fine = minceur (plus ou moins) et la deuxième partie peut être remplacée par "pas de poitrine apparente", ou "une poitrine plate".
    7. "Léo, tu es sûre de vouloir venir avec nous" -> pas d'accord s'il respecte son identité.

    La fin est jolie, mais l'inclusion de ta citation fait un peu forcé. Tu ne devrais pas citer le bouquin et l'auteur direct comme ça. Mets juste la phrase et l'astérisque qui ramène en bas de page pour les précisions. Fait comme ça, on se croirait dans une dissertation de français.

    Bilan de la lecture : c'est sympa, j'attends la suite. Par contre, je trouve dommage que tu préfères dire à montrer. Par exemple, quand tu dis "cette poitrine dont j'ai si honte", ça manque de naturel. De plus, rien que le fait qu'il porte une brassière de sport est assez indicatif. Ce sont des choses que tu peux développer par la suite sans te prendre la tête à les mettre dès le début. Ou alors développe plus, inclus des "passages flash-backs" (qui n'en sont pas vraiment, mais c'est l'idée) pour montrer son comportement avec les autres filles, ou la façon dont il se cache les yeux en les voyant au vestiaire, etc...

    Bref, ce n'est pas parfait, mais j'aime bien ^^ (désolée, je suis assez avare de compliments, mais sache que j'ai vraiment apprécié ma lecture). J'espère que mes remarques t'aideront à avancer ;)

      • Dimanche 25 Mars à 21:48

        C'est hyper sympa de faire un commentaire constructif !

        Alors pour le 1 et le 2, j'y peux rien, c'est l'incipit imposé pour le concours...

        3. J'avais envie de montrer un peu de détachement aussi en quelque sorte. En fait en écrivant le commentaire, j'ai compris que c'était plus logique de mettre "ma" ^^

        4. Je ne trouve pas ça si moche et je ne vois pas comment le remplacer...

        5. Oui, je me rends compte que je mets beaucoup de "que" dans ce que j'écris (et hop, j'en remets un XD). Je vais essayer de l'enlever, ce tic !

        6. Ouh, ça pêche, en effet ^^

        7. Martin ne respecte pas son identité, du coup, il le genre au féminin.

         

        Je me le dis souvent, il faut que je pense à montrer plus !

        Tes remarques sont hyper constructives, merci pour ce commentaire !

         

      • Dimanche 25 Mars à 21:55

        La tristesse de cet incipit de concours... Tu mets ça en début de manuscrit, tu fais fuir les éditeurs comme des chats devant une orange XD

        4. Peut-être "ça fait plus garçon que Léonie, le prénom qu'utilisent/qu'aiment à utiliser (cette formulation, c'est mon péché mignon, mais je sais que tout le monde ne l'aime pas XD) les autres" -> on n'a pas enlevé le "que", mais la phrase respire plus. Relis à voix haute ce que tu écris, certains couacs te paraîtront très évidents ^^

        7. Ok, j'étais pas sûre ^^

        Je vais essayer de t'aider aussi sur les prochaines parties, si ça t'est utile ^^.

      • Dimanche 25 Mars à 22:00

        Celui d'il y a deux ans était pas mal aussi : "La première fois, c'était en octobre et je crois, il faisait beau."

        Là, y aurait besoin d'un "que" XD

        4. Justement, je trouve la formulation plus lourde ^^ (j'aime bien la formulation "aiment à utiliser", mais dans ce contexte, non...)

        Je veux bien, c'est utile et très sympa de ta part de donner de ton temps pour m'aider ! :)

      • Dimanche 25 Mars à 22:08

        Dieu du ciel, mais c'est dégueulasse XD. (en vrai, ça va, mais faut pouvoir le continuer sur cette lancée sans avoir l'air d'un CP qui découvre qu'un crayon sert à autre chose qu'à se curer le nez...)

        4. Oui, mais la tienne d'origine mélange deux parties de phrase, ce qui rend vraiment bizarre : on ne sait pas où mettre le souffle et la ponctuation. Fais attention : un lecteur qui se pose des questions est un lecteur qui sort de l'histoire ^^.

        J'adore faire ça ! La correction, c'est mon hobby. J'ai été BR un temps sur FF et j'ai passé une année entière à corriger des manuscrits amateurs sur forum ^^.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :