• Texte pour le concours de Naeri.

    Hey ! Un texte pour le concours de Naeri, comme le dit le titre ! J'ai utilisé les images 1, 3 et 4.

     

    J'avais congé ce jour-là. Enfin, congé... Je parcourais la forêt en recherche de fugitifs, en recherche d'Allemands à ramener au camp. Franchement, c'était comme être en congé. On ne trouvait jamais personne dans la forêt, ils n'étaient pas aussi stupides, même pour des Allemands. J'étais assis dans la neige, trempé, mais peu m'importait : aujourd'hui, j'étais libre, et mes camarades subissaient l'entraînement, moi je vivais dans cette forêt rien que pour aujourd'hui. Personne ne m'avait dit que c'était comme ça, tous le prenait comme une corvée. Moi, ça me plaisait et je pensais me porter volontaire pour une deuxième session à surveiller la forêt. En plus, comme ça, pas de guerre, et pas d'Allemands. Je ne savais pas pourquoi, mais je détestais la guerre, et je détestais la guerre contre les Allemands.

    Je me levai, pour limiter l'infiltration de la neige dans mon corps, et m'appuyai contre un arbre. La poudreuse tombait de mon uniforme. J'avais jamais vu autant de neige de ma vie. Faut dire que j'étais jeune, à cette époque, je devais avoir dix-sept, dix-huit ans. J'ai oublié si j'ai fêté mes dix-huit ans à l'armée ou chez moi.

    - Dix-huit ! Dix-neuf ! Vingt ! J'arrive !

    Mon regard se porta sur l'endroit d'où venaient ces paroles, douces. La voix, magnifique, correspondait à celle que j'avais imaginée pour ma femme. J'avais tout imaginé de ma future femme : je savais qu'elle s'appellerait Adèle, qu'elle aurait cette voix, aiguë mais pas trop, et brisée par le froid, je savais qu'elle serait châtain clair, et que ses cheveux seraient lisses, et doux comme de la soie. Je ne vis rien.

    - Qu'est-ce que tu fais là ? demanda une voix.

    Un arc était venu caresser ma gorge. Je savais que cette personne n'hésiterait pas à tirer.

    - Du calme ! Je suis un soldat ! Je vadrouille pour trouver des Allemands, lui dis-je.

    L'homme - car seul un homme possédait cette force - encapuchonné, me jeta à terre, dans la neige, et appela :

    - Thomas !

    Ce fut un homme blessé qui apparut. Il titubait, et pas d'ivresse, je savais la reconnaître. Non, il titubait de douleur.

    - Alex ! Aide-moi, aide-moi...

    Il se précipita contre le nommé Thomas.

    - M'ont tiré dessus, m'ont tiré dessus, ces saletés de... Scheiße !

    - Thomas ! Thomas !

    Il arracha sa capuche.

    - Donne-moi un souvenir, Alexandra. Un souvenir pour emporter.

    - Thomas ! Tu peux pas me faire ça... Brüder...

    - Non. Nein Schwester. Tu es ma Liebe... Liebe Alexandra...

    - Thomas...

    Je regardai la scène. Ainsi, l'encapuchonné était une fille ! Et ils étaient Allemands ! J'allais pas les emmener au camp quand même... Surtout avec un mourant...

    La fille se tourna vers moi et elle hurla :

    - C'est vous ! C'est vous, les Attentäter ! Et tu vas mourir pour eux...

    Elle m'attrapa et laissa choir mon arme. Elle ôta le haut de mon uniforme.

    - Ici, c'est ainsi. Ici, on meurt comme ça.

    Elle s'apprêtait à tirer la flèche de son arc, quand elle devina sur mon torse nu la trace de ma mère.

    - Attends. Brüder ?

    - Ja, ich bin deinen Brüder, répondis-je sans savoir pourquoi.

    - Allemand ?

    - Boche.

    Alexandra, si je puis me permettre de la nommer ainsi, me tendit une longue cape à capuche ressemblant à la sienne.

    - Viens avec nous, Mathilde. Nous, on fait la guerre comme les Robin des Bois modernes, et quand ce sera fini, tu pourras venir avec moi. Deiner Brüder.

    - Deine Liebe, complétai-je.

     

    « J'aime pas...Une liste de mots... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Février à 18:30
    J'aime beaucoup, je regrette juste de ne pas comprendre l'allemand :)
      • Mercredi 1er Février à 18:36

        Moi, c'est ma troisième année d'allemand, je commence à me débrouiller...

        Scheiße, c'est merde,

        Brüder veut dire frère

        Schwester veut dire sœur

        Liebe veut dire aimé(e) ou amoureuse

        Attentäter signifie assassins

         

        Merci !

      • Mercredi 1er Février à 19:28

        Merci à toi ! Ça m'éclaire :)

      • Mercredi 1er Février à 19:32

        C'est sûr, si on me met un texte avec des mots en espagnol je risque de moins bien comprendre...

        J'avais pas pensé aux gens qui n'ont pas pris allemand au collège. Pourtant, dans mon collège, ils sont nombreux. Très nombreux, parce qu'on est 1 sur 16 en moyenne dans mon collège à faire de l'allemand.

      • Mercredi 1er Février à 19:42

        Haha ! Moi, ma prof d'Allemand nous faisait peur, alors peu de gens se lancaient dans la langue. Et finalement, je regrette un peu, mais apparemment au collège mes amis n'ont pas appris grand chose... ils ne faisaient que des goûters !

    2
    Mercredi 1er Février à 21:40

    Il est génial ton texte et comme ça fait bientôt 5 ans que je fais de l'allemand j'ai tout compris ! (Même si les mots étaient plutôt simples.)

      • Jeudi 2 Février à 18:33

        Merci !

        C'est vrai, les mots sont simples, il y a juste Attentäter que j'ai dû chercher parce que c'est pas le style de mot qu'on apprend en cours ^^

        J'ai pas fait de fautes de déclinaisons ? Parce que j'ai un gros problème avec l'accusatif je sais pas pourquoi...

      • Jeudi 2 Février à 20:49

        De rien !

        Oui c'est vrai qu'assassin ce n'est pas trop le genre de mots qu'on peut apprendre à l'école. xD

        Bon, malgré 5 ans je ne suis pas une experte mais il ne me semble pas que tu aies fait de fautes de déclinaison.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :